29/01/2024

Romain Raimbault : « La Paris Perfume Week est un événement à la jonction du festival et du salon »

RR-portrait

Après 10 années dédiées à la promotion touristique de la France à l’international, Romain Raimbault intègre le groupe GL events en 2015 au sein de l’équipe d’Omnivore, festival et guide culinaire de référence. Il en prend la direction en 2019 en défendant une vision responsable et vertueuse de la cuisine et en déployant le festival sur l’ensemble du territoire. En 2023, Romain prend la voie de l’entreprenariat. Il accompagne d’une part les collectivités et les acteurs culturels désireux de développer de nouveaux formats événementiels riches de sens, d’autre part rejoint l’aventure Nez events aux côtés de Dominique Brunel, Mathieu Chévara et Jeanne Doré.

Comment en êtes-vous arrivé au parfum ?

Je viens du monde de la gastronomie, j’ai été pendant neuf ans le directeur d’Omnivore, festival international dédié à la cuisine. J’ai découvert la culture olfactive à travers Nez et j’ai été happé par cette nouvelle approche des fragrances. Le décryptage du parcours de la plante à l’essence m’a particulièrement fasciné !

Comment est née l’idée de la Paris Perfume Week ?

Une dimension manquait encore en France dans le parfum : la mise en lumière concrète des personnalités fortes du milieu, ainsi qu’un espace qui permette les découvertes et les échanges. Notre volonté est donc de donner l’opportunité au public de rencontrer physiquement les fragrances et ceux qui prennent part à leur création. L’enjeu est ainsi d’inventer une nouvelle interactivité avec le parfum.

À quoi doit-on s’attendre pour cette première Paris Perfume Week ?

C’est un événement à la jonction du festival et du salon. Une cinquantaine d’exposants internationaux seront présents, mais il y aura aussi une scène qui accueillera une quarantaine de conférences durant la semaine, ainsi que des masterclass de grandes figures de la parfumerie. On va notamment aborder la jeune création, la recherche, la culture olfactive.

Qu’est-ce qui va caractériser selon vous ce salon par rapport aux autres ?

Nous allons investir un lieu différent de ce qu’on a l’habitude de voir, le Bastille Design Center, dont nous allons faire un grand cabinet de curiosités. L’idée est aussi de créer des liens entre divers domaines artistiques, le parfum et le cinéma, la mode, la musique, qui seront mis en avant, pour souligner le fait que l’odorat est partout et qu’il joue un rôle déterminant dans notre vie.

Quels seront les temps forts ?

Ils seront nombreux ! Le salon accueillera l’exposition célébrant les 20 ans de la marque Parfum d’empire, et un programme « hors-les-murs » est aussi prévu, en partenariat avec la Fragrance Foundation France : une vingtaine de lieux et points de vente vont faire vivre l’événement à travers Paris, au-delà du Bastille Design Center.

Quelle vision du parfum la Paris Perfume Week souhaite-t-elle défendre ?

Il s’agit d’une vision exigeante mais accessible, inspirée de la direction artistique et de la ligne éditoriale façonnées par Nez, avec toujours une ouverture au grand public, aux curieux, aux passionnés. On s’appelle Paris Perfume Week, mais c’est toute la culture olfactive que nous allons convier.